Home > Actualités > La Lutte Contre la Corruption au Togo, la LCT interroge le Président ESSOHANA Wiyao

Les membres de la Haute Autorité de Lutte Contre la Corruption et les Infractions Assimilées au nombre de 7 ont prêté le 7 février 2017 serment devant le président de la cour suprême donnant ainsi le feu vert pour le démarrage de leur mission. La création de cette institution par la loi N 2015-006 du 28 juillet 2015 était pour la Ligue des Consommateurs du Togo, une lueur d’espoir en matière de lutte contre ce fléau institutionnalisé au Togo. Mais depuis lors, le mutisme de cette institution vis-à-vis des nombreux cas d’allégations de corruption sont devenus inquiétants pour la LCT.  A travers une lettre dont voici ci dessous le contenu, la Ligue vient d’attirer de nouveau l’attention du président ESSOHANA Wiyao et toute son institution.

——————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Lomé, le 28 Juin 2018

Réf :     67/06/18/LCT/P

Le Président

A

Monsieur le Président de la Haute Autorité de Lutte Contre la Corruption et les Infractions Assimilées

Lomé.

Objet : Qu’en dites-vous des cas de Corruption ?

Monsieur le Président,

La Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) vient par la présente vous part de sa préoccupation sur des cas d’évasions fiscales révélées par  plusieurs organes de presse nationale et internationale qui rentrent parfaitement dans vos compétences.

En effet, ces dernières années, les citoyens Togolais ont été témoins de très nombreux scandales économiques et financiers impliquant des personnes qui ne sont presque jamais inquiétées. Plus scandaleux encore est l’indifférence des institutions de la République censées garantir l’intégrité  et l’honnêteté dans la gestion des affaires publiques y compris la vôtre.

Pendant qu’une minorité s’autorise, au-delà de tout principe de bonne gouvernance et d’éthique, de prendre des libertés vis-à-vis des deniers publics, amassant pour eux seuls ce qui devrait être investi pour le bien de tous les Togolais, des centaines de compatriotes meurent chaque jour faute de soin, d’eau potable, de sécurité, etc. Plusieurs autres, faute de perspectives et d’avenir, prennent la route de l’immigration clandestine et périssent dans le désert ou leur corps tapissent le fond des océans.

De mémoire, on peut citer, au nombre de ces scandales, le détournements de fonds publics collectés à la suite des participations de l’Equipe Nationale de Football à la Coupe d’Afrique des Nations de 2013 en Afrique du Sud et de 2016 au Gabon, les détournements répétitifs des ressources financières mises à disposition par le Fonds Mondial de lutte contre la Tuberculose, le Paludisme et le Vih-Sida, le détournement  des dix milliards du projet BIDC, les scandales relatifs au bitumage de la route Lomé-Vogan et des contournements  de la Région centrale, l’évasion fiscale à Wacem où sont actionnaires plusieurs Premiers ministres et ministres, etc.

Monsieur le Président, la LCT est persuadée que c’est lutter contre la corruption et mettre fin à la répétition des cas de détournement de fonds public que le Président de la République a pris le soin de mettre en place votre institution en qui nous présumons de son indépendance. Mais hélas, nous constatons un mutisme de votre institution et risquons de l’assimilé à une complicité.

Le dernier cas faisant l’objet de cette lettre est celui du scandale Swissleaks paru dans le bihebdomadaire L’Alternative numéro 704 du 22 mai 2018.

Selon L’Alternative, l’ancien Directeur Général de la BTCI et actuel Directeur de l’Office du patrimoine immobilier du Togo à l’étranger, Monsieur Patrice Yao KANEKATOUA héberge discrètement ses avoirs dans la banque privée suisse HSBC. Selon ce périodique, l’information provient d’une enquête dans le cadre du projet  #WestAfricaLeaks, visant à élucider un certain nombre de dossiers.

Monsieur le Président, ce cas a interpelé la LCT dans la mesure où Monsieur KANEKATOUA créait son compte à la banque HSBC le 18/12/2003 suite à sa nomination à la tête de la BTCI, et c’est sous sa direction que cette banque est tombée en faillite. Idem pour Togo Telecom où il était président du Conseil d’Administration. Cette nième affaire ne pouvant rester sans suite, nous venons vous inviter vivement à procéder à des enquêtes dignes au nom du peuple togolais (puisque c’est au nom de ce peuple que vous avez prêté serment en votre qualité Magistrat et de président de votre Institution) afin de situer les responsabilités dans ce nième scandale  et marquer ainsi l’histoire. Le Peuple togolais retiendra !

Convaincue de votre attachement à la transparence et à la lutte contre la corruption, véritable frein au développement, la Ligue vous remercie d’avance pour les mesures que vous voudriez bien prendre pour que la lumière soit apportée à cette affaire.

 SOGADJI Hoélété Yao

One Comment, RSS

  • LCT

    says on:
    17 septembre 2018 at 17 h 42 min

    NOUS NE SOMMES PAS PARTI. MAIS NOUS TRAVAILLONS POUR LEUR INDEPENDANCE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*