Home > Actualités > Mauvaise qualité des services avec les compagnies de voyages, La LCT interpelle l’ANAC Togo et porte plainte contre ASKY

Un service de qualité. Voilà ce qu’attend tout client vis-à-vis des sociétés prestataires. Malheureusement, les attentes des clients ne sont pas toujours comblées. Ce fut le cas, il y a quelques jours, de ceux des vols KP 014 et KP 015 de la compagnie aérienne Asky. Au départ de Lomé comme sur le vol retour, les clients n’ont pas été satisfaits de la prestation fournie par la compagnie. Comme illustration, à l’arrivée le 12 août 2018, les passagers ont été informés que leurs bagages n’avaient pas été embarqués. La Ligue des consommateurs du Togo (LCT) dont une délégation faisait partie des passagers, a saisi l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) et la compagnie aérienne Asky pour dénoncer la violation du droit des passagers.

Mauvaise qualité des services

Le dimanche 12 août 2018 à l’atterrissage du vol KP 015 en provenance d’Abidjan, les passagers ont eu la désagréable surprise de rentrer chez eux sans leurs bagages. « C’est quelque chose qui a surpris tout le monde. On nous annonce à l’arrivée que nos bagages n’ont pas été embarqués et qu’un autre vol a été sollicité pour le faire. C’était très frustrant parce que nous n’avons été informés qu’après plus d’une heure d’attente à l’aéroport », déplore une passagère.

Les bagages qui ne sont pas embarqués en même temps que les passagers, cela arrive chez toutes les compagnies aériennes. Mais ce qu’il faut préciser ici, c’est que cela aurait été fait de façon délibérée. « Ce genre de retard accusé par les bagages est courant dans le monde du transport aérien, mais cela ne doit pas être encouragé. Cela fait partie de ce que nous appelons ‘’dispositions opérationnelles’’. C’est-à-dire que la compagnie peut décider de faire le plein de passagers sans embarquer les bagages qui seront envoyés par un autre vol. C’est ce qui s’est passé avec le vol KP 015. La pratique consiste à prendre tous les passagers inscrits sur le vol et abandonner leurs bagages. Ce qui permet de faire le plein sans dépasser les capacités de l’appareil », explique une source aéroportuaire.

Un autre fait semble confirmer la thèse selon laquelle la compagnie a volontairement laissé les bagages à Abidjan. Selon les informations, seuls les passagers à destination de Lomé ont été victimes de ce retard. « Ce qui nous a paru assez curieux, mais aussi révoltant, c’est que seuls ceux qui ont débarqué à Lomé n’ont pas retrouvé leurs affaires. Il y avait dans l’avion des passagers qui étaient en transit à Lomé et qui allaient vers une destination de l’Afrique centrale. A l’arrivée, ils ont tous retrouvé leurs bagages. Pourtant, nous avons embarqué au même moment à Abidjan. Les passagers en transit ont tous retrouvé leurs bagages, sans exception », poursuit la cliente de la compagnie.

Ce qui n’arrange pas la compagnie, c’est que sur ce vol se trouvaient des personnalités étrangères. « Parmi nous, il y avait des étrangers. Certains responsables du Parlement de l’Uemoa voyageaient sur le même vol. J’ai noté la présence d’au moins trois députés ivoiriens et certains diplomates. Des collègues hommes d’affaires étrangers aussi. Tout ce monde-là est parti de l’aéroport sans les bagages », souligne une autre source.

La plainte de la LCT

Parmi les passagers, se trouvaient également des membres de la Ligue des Consommateurs du Togo (LCT). La délégation avait effectué une mission à Abidjan. Non satisfaite des services offerts par la compagnie aérienne Asky, la LCT a saisi en date du 17 août 2018 l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) ainsi que la compagnie pour dénoncer la violation du droit des passagers. « La Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) vient par la présente vous saisir suite à une violation dont son président et sa délégation ont fait l’objet en se rendant à une mission. En effet, la délégation effectuait une mission en Côte d’Ivoire du 7 au 12 août 2018 via la compagnie et a constaté la mauvaise qualité des services à bord des vols KP 014 et KP 015 de ladite compagnie. Il a été constaté à cet effet, à bord des appareils que des pains secs ont été servis, visiblement vieux de quelques jours. Bien avant ceci, il faut souligner que les voyageurs ont passé plus d’une heure à faire enregistrer leurs valises », a dénoncé la LCT.

Pour cette organisation qui défend le droit des consommateurs, cette situation a occasionné une perte de temps et causé « une frustration pour tous les passagers à bord dudit vol ». La LCT a donc décidé de porter plainte pour exiger la réparation des préjudices causés. « Ces faits que la délégation juge inadmissibles amènent la Ligue à porter plainte contre votre compagnie auprès de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile. La délégation exige des dommages et des excuses publiques pour ces préjudices subis. Il y va de la crédibilité de votre compagnie qui se dit panafricaine », avertit la LCT.

Pour rappel, selon la Convention de Montréal, les compagnies aériennes sont tenues par le devoir de réparation  en cas de bagages endommagés, retardés ou disparus. En cas de retard, elles doivent fournir aux passagers des informations en temps réel. Ce qui n’a pas été le cas du vol KP 015 d’Asky.

G.A.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*